Ce week-end prolongé du 1 Mai a permis aux bénévoles du ReNArd de s’affairer au chantier nature du haut-fourneau de Vendresse. Depuis plus de 20 ans, une colonie connue et suivie de Murin à oreilles échancrées y a trouvé refuge. Cette chauve-souris de taille moyenne (envergure 220-245mm) forme des essaims plus ou moins important et sort tard pour capturer les araignées et mouches qui constituent l’essentiel de son menu. Dans le cadre de l’animation du site Natura 2000 du site à chiroptères de la vallée de la Bar, l’association a cherché une solution pour concilier la protection de ces animaux et la propreté du site touristique. En effet le guano de la colonie placée juste au dessus du fourneau, venait se mélanger au sable de la fausse coulée de fonte. Une problématique de cohabitation à l'origine d'un partenariat entre le ReNArd avec la Communauté de Commune des Crêtes Préardennaises et le Domaine de Vendresse pour rechercher des solutions, sans déranger les chauve-souris. Grâce à l’ingéniosité des bénévoles, un plancher a pu être installé à 10 mètres de hauteur juste en dessous de la colonie. Cet ouvrage permet de récupérer le guano - qui rappelons-le est un excellent engrais naturel en raison de ses nombreux avantages - tout en assurant la propreté du site touristique. Un bel exemple de conciliation entre protection des chiroptères et limitation des désagréments, rendu possible grâce à l’engagement de nos partenaires (Communauté de Commune des Crêtes Préardennaise et Domaine de Vendresse) ainsi que l’investissement de nos bénévoles : Kevin Noblet, Valentin Lequeuvre et Jérôme Hallet. 

                                               Avant travaux Pendant travaux Après travaux Coulée fonte

Vous avez été sollicités il y a peu par la LPO pour vous associer à la campagne européenne organisée par BirdLIfe International et le WWF afin de promouvoir une politique agricole commune plus vertueuse, appelée Livingland.

Vous avez été nombreux à répondre à la consultation de la Commission européenne en demandant que la politique agricole commune respecte mieux les exploitants, la biodiversité et les citoyens et nous vous en remercions.

Sur 111.000 réponses enregistrées à ce jour, 20.000 ont été enregistrées en France et cela progresse toujours !

Pour celles et ceux qui ne l’ont encore fait, vous disposez jusqu’au 2 mai pour vous exprimer sur le site de la LPO :

https://www.lpo.fr/actualites/living-land-pour-une-nouvelle-politique-agricole-respectueuse-de-la-nature-et-des-hommes?1

Bergeronnette printanière Bruno Gilquin utilisation ok 2

Débute les prospections Busards pour le ReNArd. On sort donc ses jumelles pour observer le Busard saint-martin, qui a pour la plupart hiverné dans le département, et le Busard cendré qui arrive petit à petit.
Contrairement à l'an passé, cette année s'annonce bonne pour ces rapaces puisque les micro mammifères sont au rendez vous et en nombre si on en croit ce qui se raconte sur le terrain. Il ne reste plus qu'à espérer que ces précieux alliés des agriculteurs trouvent des conditions optimales pour nicher, et surtout que la nichée ne se retrouve pas broyée par une moissonneuse ou détruite par des braconniers. Car c'est souvent là le sort réservé à ces magnifiques oiseaux nichant au sol, au milieu des cultures.
Amis "busardeux" si vous repérez des couples nicheurs n'hésitez pas à nous le faire savoir, par mail ou par message privé (via notre page facebook) pour leur sécurité.

Busard cendré

Bientôt la fin des prospections concernant la Pie-grièche grise et les résultats s'annoncent chaotiques.
Ce gros passereau, alors répandu dans les années 1990, est facilement identifiable grâce à ses couleurs gris-claires, sa longue queue noire bordée de blanc et son bandeau noir masquant ses yeux. Chassant à l’affut, perchée en hauteur et bien en évidence, la Pie-grièche grise affectionne les secteurs semi-ouverts, où zones plus ou moins fermées et milieux ouverts dominés par des prairies s'alternent. Lors des journées de terrain, le lanidé reste toujours introuvable. C’est donc avec inquiétude que le ReNArd poursuit ses prospections PGG.
Si vous localisez un individu ou un couple, n’hésitez pas à nous faire parvenir vos observations !

Pie grièche grise

Valentin et Jéremie accompagnés par Victor, bénévole de l'association, ont poursuivi hier l'inventaire dédié au Triton crêté, espèce vulnérable dans la région.
Après avoir installés les nasses dans l'après midi sur un secteur comportant 10 mares, les garçons sont revenus les relever 2-3h plus tard comme l’exige le protocole.
Trois espèces de triton sur les quatre indigènes ont pu être observées: Triton ponctué (vulnérable), le Triton palmé (à surveiller) et le Triton crêté. Un inventaire satisfaisant pour ce secteur. Affaire à suivre puisque l'association doit repasser trois fois sur chaque secteur sur 15 jours.

Tritons crêté

 

 

Comme l’an dernier, l’AG a eu lieu à Raillicourt, une balade a précédé la réunion et une soixantaine de personnes ont écouté attentivement les différents rapports. Mais il y eut des différences significatives : la sortie s’est déroulée dans une ambiance printanière et non pas glaciale et nous avons eu le plaisir de voir cette année plusieurs nouvelles têtes. Une fois les administrateurs sortants réélus à l’unanimité (Marie-Hélène Guislain, Kevin Noblet et Claude Parent), les participants se sont retrouvés autour du verre de l’amitié pour des discussions amicales, et ensuite pour une quarantaine d’entre eux, autour du savoureux buffet froid.

AG 2017

 

 

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur.