[#AIE] 4/4 "Le paysan il est aussi acteur, c'est lui qui façonne le paysage"
 
On laisse la parole à Quentin Delorme, membre du réseau #AIE depuis 2018. Cet ardennais travaillait avant dans le monde naturaliste. Il y a 2 ans, il a décidé d'agir concrètement sur le territoire. Il est alors devenu polyculteur éleveur.
Nous avons planté 600 mètres de haie et créé trois mares chez lui. Ce paysan naturaliste ne conçoit pas son métier sans mêler agriculture et biodiversité.
 
"Il y a quand même deux modèles qui sont en train de se séparer de plus en plus. Un modèle plutôt bio qui se développe, et à coté, un modèle qui tend à se détacher de la biodiversité puisque les monoculture, l'utilisation de produits pour simplifier les écosystèmes. A mon avis ce système, en période de crise, est amené à être beaucoup plus fragile."
 
On termine ici cette série de reportage. Néanmoins les actions concrètes grâce à l’engagement des agriculteurs ardennais se poursuivent ! Mon petit doigt me dit que le compteur des haies pourrait dépasser les 15 kilomètres d'ici peu de temps...
 
- Revoir la présentation du programme : https://www.youtube.com/watch?v=fCLDGFA0ytk&t=26s
 
Et c'est toujours une production de Simon Potaufeux - Vidéaste et Photographe.
 
Un projet soutenu par la Fondation François Sommer
et la DREAL Grand-Est.
Les aménagements ont été réalisés dans le cadre du PRAM ainsi que le programme de "Restauration de la Trame Verte et Bleue sur la commune de Poix-Terron" co-financés par la Région Grand-Est,
Crêtes Préardennaises
et la commune de Poix-Terron.
 
[#AIE] 3/4 "On essaie de s'appuyer plus sur les animaux, les insectes, tout ce qui peut nous aider"
 
On laisse la parole à Vincent Belloy, membre du réseau #AIE depuis 2018. La Ferme des Belloy produit, en agriculture biologique, des fruits et des légumes sur Saint-Loup Terrier.
Nous avons planté 300 mètres de haie double rang et une mare de 120 m2. Ces deux aménagements sont de parfaits exemples de la conciliation agriculture et biodiversité ! Une haie défensive qui va permettre d'empêcher les vols et servir de zone refuge (et bien plus encore) pour la faune sauvage. La mare quant à elle, est une réserve d'eau pour la partie maraîchage (en cas d'urgence) et d'abreuvoir pour de multiples espèces !
 
La famille Belloy pratique la vente direct. N'hésitez pas à les contacter. Notre petit faible : un verre de cidre et de bonnes fraises !
 
- Revoir la présentation du programme : https://www.youtube.com/watch?v=fCLDGFA0ytk&t=26s
 
Et c'est toujours une production de
Simon Potaufeux - Vidéaste et Photographe
.
Un projet soutenu par la
Fondation François Sommer
et la DREAL Grand-Est. L
es aménagements ont été co-financés par la
Région Grand Est
, la Fondation Nature & Découverte ainsi que les agriculteurs.
 
[#AIE] 1/4 "Connaître c'est le début de protéger"
 
On laisse la parole à la Ferme de la Binette, membre du réseau #AIE depuis 2018. Vous les avez aperçu dans notre vidéo de présentation du programme.
 
"On est autant éleveur de petites bêtes que de légumes au final, parce que sans les petites bêtes on n'a pas de légumes".
 
Avec eux, nous avons créé une haie talus et une haie double rang. L'objectif était double : accueillir encore plus d'auxiliaires et lutter contre les problèmes de ruissellement.
On poursuit toujours le travail avec ces maraichers, très impliqués dans la démarche agriculture-biodiversité.
 
N'hésitez pas à déguster leurs bons légumes #bioetlocal ?
 
- Lien vers le reportage : https://youtu.be/k9ZhJoM-muQ
- Revoir la présentation du programme : https://youtu.be/fCLDGFA0ytk
 
Et c'est toujours une production de
Simon Potaufeux - Vidéaste et Photographe
Un projet soutenu par la
Fondation François Sommer
et la DREAL Grand-Est.
Les aménagements ont été co-financés par la
Région Grand Est
, la Fondation Nature & Découverte ainsi que les agriculteurs.
 
[#AIE] 2/4 "Si vous avez un sol qui vit bien, vous avez une plante qui pousse bien"
 
On laisse la parole à Hubert Rivenet, membre du réseau #AIE depuis 2018. Ce cultivateur pratique depuis 25 ans le sans-labour en Champagne-Crayeuse.
 
"On essaie de redécouper les parcelles avec des haies pour la biodiversité, l'effet brise vent... "
 
Engagé en agriculture du vivant, il ne fait pas les choses à moitié puisqu'il a planté un peu plus de 2,9 kilomètres de haie en double rang avec nous. Nous travaillons d'ailleurs toujours avec lui pour développer d'autres aménagements pour concilier agriculture et biodiversité. D'autres actions concrètes pourraient très vite voir le jour.
 
 
"Il faut que nos structures et nos politiques nous donnent les moyens d'y arriver", on ne pouvait pas mieux conclure. Pour trouver des solutions pérennes en faveur de l'agriculture et la biodiversité, nous nous devons de travailler ensemble et mener une politique incitative en faveur de l'agriculture durable.
 
Monsieur Rivenet pratique la vente direct.
Découvrez
So Patate
Semaine prochaine : découvrez Vincent Belloy, arboriculteur et maraîcher sur la commune de Saint-Loup Terrier.
- Revoir la présentation du programme : https://youtu.be/fCLDGFA0ytk
 
Et c'est toujours une production de
Simon Potaufeux - Vidéaste et Photographe
Un projet soutenu par la
Fondation François Sommer
et la DREAL Grand-Est.
Les aménagements ont été co-financés par la
Région Grand Est
, la Fondation Nature & Découverte ainsi que les agriculteurs.

[Témoignages]

Jérôme a une double casquette : président du ReNArd depuis 2015, il est également éleveur bio sur la commune de Bâalons.

Avec cette place très importante que tu donnes à la protection des milieux naturels, que t’es-tu imposé de plus dès le début de la conversion ?

Plusieurs choses. D’abord j’ai replanté en bordure de parcelles des arbres fruitiers et des arbustes que la plupart des agriculteurs arrachent comme de l’aubépine ou des pruneliers, mais qui sont bien utiles pour les oiseaux. Cela servira également de brise vent et ralentira l’érosion des sols. J’ai aussi choisi le non-labour dès le début. Je n’ai jamais utilisé la charrue et l’enherbement se gère bien avec la herse étrille, les couverts... Il faut éviter d’enfouir la matière organique dans le sol, c’est une aberration. Quand on regarde le sol des forêts, rien n’est enfoui et pourtant c’est un sol très fertile. Le non-labour permet d’améliorer la vie du sol, de préserver les organismes qui travaillent pour nous. En plus ça fait des économies de carburant ! Pour la fertilisation des cultures j’utilise uniquement mon fumier. C’est l’avantage d’un petit système en polyculture élevage, on peut faire un cycle entre les différents ateliers.Je ne voulais pas faire du bio comme on fait du conventionnel. La nature doit pouvoir jouer son rôle.C’est aussi ce principe que j’applique sur mon troupeau. Je ne coupe pas les cornes, si elles sont là c’est qu’il y a une raison. Pour la santé, j’utilise uniquement l’homéopathie et l’aromathérapie, sauf si problème grave où je fais appel au vétérinaire mais c’est très rare. Les résultats avec les médecines alternatives sont très bons. Je travaille surtout sur la construction d’une immunité pour mes animaux. La plus grande part du travail est faite avec beaucoup d’observation. Les vaches nous parlent autrement qu’avec des mots, il y a des signes : un poil terne, un nez qui coule... qui permettent de trouver des pistes pour soigner.

Et tu continues à développer des projets de ce genre ?

Oui bien sûr. J’ai suivi le programme #AIE avec l’association ReNArd, le Regroupement des Naturalistes Ardennais, qui a permis la plantation d’1 km de haies en 2019 sur ma ferme. Toujours avec le ReNArd, j’ai créé une mare dans une zone humide de la ferme pour compléter le maillage des corridors écologiques. En quelque semaines j’ai vu la vie réapparaître. On a placé des pièges photos et on a pu observer une grande diversité d’animaux : raton laveur, chevreuil, buse, hibou grand-duc, libellules, grenouilles, triton... Et évidemment cela peut servir d’abreuvoir pour les vaches ce qui n’est pas négligeable !

Découvrez l'article de Bio Grand-Est de juin 2020 : https://biograndest.org/…/…/2020/05/LAB30_JUIN2020_web_.pdf…

Article Bio Grand Est Jérôme

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur.