[AgriBiodiv]
 
Nous avons été sélectionné par la Fondation Science & Nature. Nous leur avons proposé de participer à la plantation de plusieurs kilomètres de haie sur le département des Ardennes. Aidez nous ! Pour cela, rien de plus simple. Un clique suffit pour le projet Agriculture Intégrant l’Environnement - ReNArd !
 
Il suffit de vous rendre sur le site de la fondation et de voter pour notre projet : https://fondationscienceetnature.fr/projets/
 
Nous avons vraiment besoin de vous. Cela ne prend que quelques secondes ! N'hésitez pas à partager sans modération le lien afin de pouvoir recueillir le plus de vote possible !
Pour rappel, nous souhaitons atteindre la barre des 20 kilomètres de haie dans les Ardennes. Aidez nous !

[Témoignages]

Quatre agriculteurs du réseau #AIE se sont prêtés au jeu des portraits. Découvrez ces acteurs qui agissent concrètement pour la préservation de la biodiversité :

   - La ferme de la Binette, maraichers : https://www.youtube.com/watch?v=k9ZhJoM-muQ

   - La ferme des Belloy, arboriculteurs et maraichers : https://www.youtube.com/watch?v=zcwMDGjiFdA&t=53s

   - Hubert Rivenet, cultivateur : https://www.youtube.com/watch?v=UiEj0ZuMy_o&t=2s

   - Quentin Delorme, éleveur : https://www.youtube.com/watch?v=5a60WkvvZ7g

Découvrez également le reportage de présentation du programme #AIE : https://www.youtube.com/watch?v=fCLDGFA0ytk

[Obs']

En ce moment dans nos campagnes fleurissent ces magnifiques fleurs rouges, si délicates et fragiles, mais pourtant devenu symbole de biodiversité des champs : les Coquelicots.

Cette plante annuelle de la famille des pavots est coutumière des bords de chemins mais aussi de l‘agriculture céréalière où elle s’adapte parfaitement aux cycles biologiques des cultures. Elle est d'ailleurs accusée d'y causer des pertes de rendement, faisant d’elle l’ennemi public numéro un, traquée à grands coups d’herbicides. Ce statut de « mauvaise herbe » a ainsi causé sa diminution (voir sa disparition) dans certaines campagnes, au grand dam des papillons et autres insectes pollinisateurs.

Quel plaisir de croiser des champs entiers colonisés par cette sublime fleur !

Champs de coquelicots @Guillaume Molendini

Coquelicots Bourcq ReNArd

[Témoignages]

Jérôme a une double casquette : président du ReNArd depuis 2015, il est également éleveur bio sur la commune de Bâalons.

Avec cette place très importante que tu donnes à la protection des milieux naturels, que t’es-tu imposé de plus dès le début de la conversion ?

Plusieurs choses. D’abord j’ai replanté en bordure de parcelles des arbres fruitiers et des arbustes que la plupart des agriculteurs arrachent comme de l’aubépine ou des pruneliers, mais qui sont bien utiles pour les oiseaux. Cela servira également de brise vent et ralentira l’érosion des sols. J’ai aussi choisi le non-labour dès le début. Je n’ai jamais utilisé la charrue et l’enherbement se gère bien avec la herse étrille, les couverts... Il faut éviter d’enfouir la matière organique dans le sol, c’est une aberration. Quand on regarde le sol des forêts, rien n’est enfoui et pourtant c’est un sol très fertile. Le non-labour permet d’améliorer la vie du sol, de préserver les organismes qui travaillent pour nous. En plus ça fait des économies de carburant ! Pour la fertilisation des cultures j’utilise uniquement mon fumier. C’est l’avantage d’un petit système en polyculture élevage, on peut faire un cycle entre les différents ateliers.Je ne voulais pas faire du bio comme on fait du conventionnel. La nature doit pouvoir jouer son rôle.C’est aussi ce principe que j’applique sur mon troupeau. Je ne coupe pas les cornes, si elles sont là c’est qu’il y a une raison. Pour la santé, j’utilise uniquement l’homéopathie et l’aromathérapie, sauf si problème grave où je fais appel au vétérinaire mais c’est très rare. Les résultats avec les médecines alternatives sont très bons. Je travaille surtout sur la construction d’une immunité pour mes animaux. La plus grande part du travail est faite avec beaucoup d’observation. Les vaches nous parlent autrement qu’avec des mots, il y a des signes : un poil terne, un nez qui coule... qui permettent de trouver des pistes pour soigner.

Et tu continues à développer des projets de ce genre ?

Oui bien sûr. J’ai suivi le programme #AIE avec l’association ReNArd, le Regroupement des Naturalistes Ardennais, qui a permis la plantation d’1 km de haies en 2019 sur ma ferme. Toujours avec le ReNArd, j’ai créé une mare dans une zone humide de la ferme pour compléter le maillage des corridors écologiques. En quelque semaines j’ai vu la vie réapparaître. On a placé des pièges photos et on a pu observer une grande diversité d’animaux : raton laveur, chevreuil, buse, hibou grand-duc, libellules, grenouilles, triton... Et évidemment cela peut servir d’abreuvoir pour les vaches ce qui n’est pas négligeable !

 

Découvrez l'article de Bio Grand-Est de juin 2020 : https://biograndest.org/…/…/2020/05/LAB30_JUIN2020_web_.pdf…

Article Bio Grand Est Jérôme

[#AIE]

Nous sommes ravis de ce superbe article paru dans la revue Sesame de l'INRAE et Mission Agrobiosciences. Merci beaucoup pour cette collaboration !
Le travail réalisé avec les 30 agriculteurs du réseau #AIE est bien mis en valeur et nous espérons que cette communication pourra encourager de nouveaux partenaires à nous rejoindre !

Voici le lien : https://revue-sesame-inrae.fr/dans-les-ardennes-le-renard-…/

N'hésitez pas également à prendre connaissance des autres articles. Vous ne serez pas déçus !

Pendant ce temps nous poursuivons les derniers points d'écoute et allons bientôt installer les pièges à insectes.

Mare créée dans le verger de la famille Belloy ©ReNArd

IMG 20200417 184501

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur.