Sans titre

 

Faune Champagne-Ardenne (FCA) est un outil ludique et intuitif pour la récolte de données naturalistes. Mise en place par la LPO Champagne-Ardenne, cette déclinaison régionale de VisioNature permet à tous les naturalistes, qu’ils soient néophytes ou confirmés, de transmettre leurs observations portant sur différents taxons : mammifères, oiseaux, invertébrés, reptiles et amphibiens. FCA a donc décuplé la récolte de données naturalistes ! Faune Champagne Ardenne répond donc à son objectif principal : faire évoluer les connaissances sur la faune sauvage générale, en faisant participer tous les amoureux de la nature.

Cet outil en ligne est également révolutionnaire dans le sens où elle permet un accès rapide aux données et donc une utilisation facilitée pour la réalisation d’expertises, de carte de synthèses ou pour revoir les listes rouges des espèces menacées. Le dernier atlas des oiseaux nicheurs de Champagne-Ardenne est un très bon exemple des résultats que l’on peut ainsi obtenir grâce à cet outil.

Le ReNArd fait partie des 5 membres fondateurs de l’outil avec la LPOCA, l'Association Nature du Nogentais, le CPIE du Pays de Soulaines et le Parc Naturel de la Forêt d'Orient. Notre association participe donc à l’animation du programme, la validation des données etc .

Pour participer rien de plus simple ! Rendez-vous sur le site http://www.faune-champagne-ardenne.org/ et cliquez sur « j’aimerai participer ». Suivez les instructions. C’est bon vous pouvez transmettre vos données et consulter celles des autres observateurs. Grâce à votre Smartphone Androïde vous pouvez également télécharger l’application Naturalist qui vous permet d’enregistrer de manière rapide et facile vos observations sur le terrain. Vos données pourront alors se synchroniser avec la base de données souhaitées comme FCA par exemple ;)

EuroBirdWatchlogo

Une fois la saison de reproduction passée et les jeunes envolés, la majeure partie des oiseaux entame sa migration vers le sud. Le manque de nourriture se faisant ressentir en hiver, nos petites boules de plumes sont bien obligées d’aller chercher leur nourriture plus au sud.

Vient alors pour les naturalistes du ReNArd, la saison des suivis de migration !
Concrètement, les observateurs s’installent confortablement sur un point haut proche d’un axe de migration et comptent l’ensemble des oiseaux passant par cet axe.

Cette méthode est relativement efficace pour compter le nombre d’individus, déterminer les espèces et enfin pour mettre en évidence le pic de migration, période à laquelle le plus grand nombre d’oiseaux est noté.

Pour exemple voici les résultats sur un site en 2016.

Pourquoi baguer des oiseaux ?

Certes, l’observation des oiseaux, que ce soit par l’intermédiaire de jumelles ou de l’ouïe, permet d’identifier l’espèce, généralement le sexe et de très nombreuses fois, le comportement (un chant peut être signe de territorialité ou recherche de partenaire, un cri peut alarmer et être annonciateur d’une nichée à proximité, etc.). Tout comme il est vrai que l’observation de la migration permet de déterminer les espèces, le nombre approximatif d’oiseaux descendant vers des contrées plus chaudes et de tracer les grands axes migratoires. Mais le baguage, lui, donne une identité à l’oiseau. Quel intérêt me direz-vous ?
Individualiser un oiseau dans une population permet de connaître ses déplacements, sa longévité, sa fidélité à un site (d’hivernage, de halte migratoire ou de nidification), bref d’épier ses moindres faits et gestes ! Bien d’autres utilités lui sont trouvées : par exemple le baguage a mis en évidence que les électrocutions de Cigogne blanche touchent principalement des cigognes dans leurs premières années de vie (ou « première année » ?), en migration vers leurs quartiers d’hivernage ou encore que certaines populations d’oiseaux nicheurs, comme celle du Pouillot fitis, subissent un très fort déclin.

Petite précision à apporter tout de même, pour avoir ce genre d’informations, deux choses sont indispensables. Premièrement, recapturer l’individu bagué (heureusement, le nombre conséquent d’oiseaux bagués permet ces recaptures aussi appelées « contrôles »). Deuxièmement la transmission de l’information. Une fois l’oiseau bagué, déterminé, pesé, mesuré, que fait-on des informations recueillies ? Le bagueur a obligation de transmettre l’ensemble de ses données au Centre de Recherches sur la Biologie des Populations d’Oiseaux (CRBPO). Ainsi lors de recaptures, le CRBPO est à même d’évaluer avec précision la distance parcourue, l’axe emprunté et le temps écoulé entre les deux captures. Il en informe dans un second temps l’ensemble des bagueurs ayant capturé l’oiseau.
Par exemple, le 1er janvier 2012 un Chardonneret élégant fut bagué à Liart. Le 7 avril 2013 c’est sur l’île de Man, à 790 km du site originel de baguage, qu’il fut recapturé.

Comment ?

Sans trop entrer dans les détails, en France l’obtention d’un permis spécifique au baguage d’oiseaux est obligatoire et est délivré par le CRBPO.
Plusieurs méthodes sont employées mais celle de la capture au filet reste la plus utilisée.
Une fois capturé, une bague est posée et l’oiseau se voit offrir une manipulation du bagueur afin de déterminer l’espèce, le sexe, l’âge, la masse, le taux de graisse ainsi que la taille de l’aile.

Dans les Ardennes…

Nombreux sont les sites où sont bagués des oiseaux. Dans les Ardennes, le plus remarquable est la roselière de l’étang de Bairon où chaque année sont mis en place plusieurs protocoles dont le plus ambitieux est appelé « Halte migratoire ». L’objectif est d’y baguer les oiseaux ayant commencé leur migration et venant se reposer dans la roselière pour y faire le plein d’énergie.

Bairon 2012 Daniel Gayet

Le programme « Halte migratoire » n’est pas le seul à avoir été mis en place dans le département. En effet, y existent aussi le programme de Suivi Temporel des Oiseaux Communs (STOC) et les Suivis des Populations d’Oiseaux Locaux à la mangeoire (SPOL Mangeoire) en hiver.
Le « STOC » est réalisé au début de l’été à Bairon, quelques temps avant la « Halte migratoire » afin d’étudier l’avifaune nicheuse de la roselière.
Les « SPOL Mangeoires », eux, ont lieu à Liart, Aiglemont, Chalandry-Elaire, Wagnon. Ils servent à comprendre les stratégies d’hivernage d’un groupe d’oiseaux appelés passereaux. Sont inclus dans ce groupe les moineaux, pinsons, mésanges et autres bruants. Quelquefois, un code couleur peut être utilisé sur les moineaux (espèce sédentaire) par l’intermédiaire de bagues, permettant ainsi l’identification sans capture.

 

Wetlands International

Chaque année, le comptage Wetlands International (WI) permet un recensement international des oiseaux d’eau sur l’ensemble des zones humides de la Terre.

Le but ? Estimer les effectifs des espèces concernées et observer l’évolution des effectifs des populations ainsi que leur distribution.
Depuis 1995, le week-end le plus proche du 15 janvier, nous nous répartissons l'ensemble des sites les plus intéressants du département afin de recenser les ardéidés (hérons, aigrettes…), laridés ((mouettes, goélands…), limicoles (vanneaux, bécassines, pluviers, chevaliers…), anatidés (canards, cygnes, oies…) et les rallidés (poules d'eau, foulques et Johnny). Résultats complets ici.

En plus de ce comptage réalisé dans les Ardennes par les bénévoles de l’association, le ReNArd a mis en place, autour du 15 mars, un « WI Bis » ayant le même but, à l’échelle du département.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur.